Comment faire un signalement au procureur de la République ?

Julien Odul. Valeurs actuelles. Pourquoi dénoncer une « presse de croisière » après avoir publié plusieurs articles dans lesquels vous soupçonnez d’emploi fictif ? Dans quelques jours, alors que les sondages me donnent toute l’avance au premier tour, Libération publiera pas moins de six articles sur moi. C’est ce qu’est la presse de croisière. Mais il y a des choses à retenir. La libération se répand dans l’islamo-gauche depuis des années et a ouvert ses colonnes à l’appel du collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) en 2019. Depuis lors, une organisation islamiste a été dissoute par le gouvernement pour son rôle dans l’assassinat de Samuel Paty. Le Rallye national est obsédé par la libération depuis longtemps. Leur seul but est de nous salir. Ce bombardement de boules puantes et de la saleté est malheureux.

Libération a surtout présenté un record dans lequel vous voulez faire une mauvaise blague sur le suicide d’un agriculteur. Qu’est-ce que tu réponds ? Tout a été orchestré et organisé pour le rendre possible maintenant. Ce record raccourci et à peine audible remonte à 2019, lors d’une discussion interne préparée pour la question budgétaire du Conseil régional, au cours de laquelle nous avons développé une volonté de bien-être des agriculteurs. Je n’ai jamais ri du suicide d’un fermier. Mais nous avons compris les intentions de cette presse : nous devons arrêter les listes du rassemblement national parce qu’elles ont de grandes chances de les remporter.

A lire en complément : Comment savoir son taux de handicap MDPH ?

Comprenez-vous la démission de Franck Gaillard, conseiller régional de la RN, à la suite de la divulgation de ces commentaires ? La réalité est que Franck Gaillard était insatisfait de sa position sur la liste. Dans toutes les formations politiques, les décisions sont prises lors de la création de listes. frappé. Il ne pouvait supporter d’être « juste » neuvième et décide de trahir ses électeurs et ses croyances. D’autant plus qu’elle a été convoquée par la Commission nationale des conflits du rallye après certaines déclarations. Sa démission aujourd’hui est donc un prétexte.

Les conseillers régionaux auprès de la RN font rapport au Procureur général de la République de Dijon. Qu’est-ce que vous répondez à ces frais d’emploi fictifs ? Les commentaires de ces élus sont très ambigus. Ils disent : nous ne pouvons pas dire que cet assistant n’a rien fait, mais nous ne l’avons pas vu. Je tiens à souligner qu’au moment où cette femme travaillait pour moi, nous étions en train de télétravailler, comme la majorité des fonctionnaires municipaux. Ce sont des licenciements diffamatoires, une plainte est déposée, et je suis à la disposition du parquet pour lui fournir toutes les informations dont il a besoin. Même le local Presse, qui ne peut être soupçonnée de rouler pour nous, elle dit qu’elle traitera avec cette assistante aux relations presse à l’automne 2020.

A lire également : Est-ce que je peux arrêter de prendre lévothyrox ?

Comment expliquer ces attaques provenant de votre propre stockage ? La Commission nationale d’investiture, présidée par Marine Le Pen, a décidé de ne pas renouveler un certain nombre d’élus. Les fonctionnaires non réélus essaient de me faire payer pour leur frustration et leur acidité. C’est aussi simple que ça.

Qu’ est-ce qu’il y a quelques jours avant l’enquête pour penser à ces méthodes, si la dernière enquête publiée mène en grande partie au premier tour ? Vous me rejetez d’un point de vue démocratique. Ces balles puantes nous empêchent de parler de la raison. Il n’y a pas de débat et mes adversaires n’ont rien à m’opposer si ce n’est d’attaquer ma personne. Cette séquence montre le vide latéral de mes adversaires qui ont cette exploiter une mauvaise campagne de libération. Vous craignez que nous mettions en œuvre notre politique de bon sens, de proximité et de protection et que cela fonctionne.

Tu ne peux pas profiter de cette situation ? Ces types d’attaques juste avant un scrutin ne fonctionnent plus… J’ espère que cela n’affaiblira pas la mobilisation, mais nos électeurs ne seront pas trompés. Vous voyez le pouvoir. La corde est un peu grande. Ma liste est la seule qui peut empêcher la gauche d’aller au sommet de la région pendant encore six ans. D’autant plus que la liste LR est complètement abandonnée et ne peut pas l’emporter. Une voix pour Platret est une voix pour Dufay.

Pensez-vous que ces attaques sont là pour que nous ne puissions parler que de la forme et plus de la substance ? Bien sûr que c’est tout. Si nous ne pouvons pas aborder nos idées majoritaires dans le débat public, essayons de donner l’apparence que le défenseur des idées est un « être notoire ». C’est une vieille méthode comme Hérode. Le même processus est utilisé pour discréditer Marine Le Pen. Le RN est le mouvement qui était juste avant tout le monde. Nous le voyons partout, que ce soit en termes d’immigration, d’insécurité, de globalisme, d’écart territorial. En Bourgogne-Franche-Comté, notre part était juste à la désindustrialisation de la région et à la désertification médicale. Nos adversaires essaient d’utiliser des balles puantes parce qu’ils ne peuvent offrir aucune alternative.

Que suggérez-vous ? J’ai raison sur mes valeurs, mes croyances et mon projet. Il n’y a pas de macaroïstes sur ma liste. LR candidat soutenu Gilles Platret crée une liste arc-en-ciel d’UDI et Agir. Sa liste n’a pas d’épine dorsale. Pour ma part, je n’ai aucune ambiguïté dans mon projet. Je vais lui donner le Blâmer pour son double discours : il y a un Platret des Champs et un Platret des Villes. Il a récemment écrit un forum pour demander un moratoire sur les projets éoliens. Sauf qu’il a voté pour toutes les subventions pour l’utilisation de l’énergie éolienne dans la région. Le logiciel est identique pour sa lutte contre l’islam radical : en 2015, elle a inauguré des salles de prière financées par l’Etat turc près de Châlons-sur-Saône. C’est une association qui refuse de signer les statuts de la laïcité.

Il est clair que l’électorat de la LR, qui a moins d’insécurité et moins d’immigration, moins d’éoliennes qui ont saccagé notre paysage, doit voter en faveur de notre liste. Il y a quelques mois, le groupe LR ne s’est pas opposé à la privatisation du domaine Pontigny dans l’Yonne, la plus grande abbaye cistercienne du monde — il ne s’est pas abstenu de privatiser le domaine de Pontigny à pour en faire un hôtel de luxe. La RN était la seule partie à s’opposer à la privatisation et à la préservation de cette abbaye. L’équation est très simple : la RN est le seul parti qui défend la région enracinée, l’identité de Bourgogne-Franche Comté, la sécurité de ses habitants. Le vote utile pour les électeurs de LR est le vote à Odoul.

Que suggérez-vous de la sécurité que vous essayez d’appliquer comme problème clé ? La sécurité sera l’un des principaux enjeux des élections. On parle beaucoup de cela au niveau national, mais nous essayons de le situer en arrière-plan au niveau régional en disant que ce n’est pas une compétence de la région. C’est complètement faux. Avec les leviers économiques dont dispose la région — 2 milliards d’euros – nous pouvons assurer la sécurité des habitants de la région. Je veux recruter des agents armés à la fois gares ainsi que les transports. Il ne s’agit pas d’une unité policière parallèle pour concurrencer la police nationale ou municipale. Il s’agit d’un renfort, car une présence policière est requise sur place. La région pourra financer les politiques des petites municipalités qui n’ont pas les moyens de les financer. La région sera en mesure de couvrir la totalité ou au moins une partie de ce budget.

Qu’ avez-vous à dire sur le dossier du président sortant, Marie-Guite Dufay ? On peut le résumer avec des chiffres et des données accablants : 400 000 pauvres dans la région, 245 000 chômeurs, avec une explosion de ce nombre parmi les jeunes. Bourgogne-France-Comté est la région la moins attrayante de France. Marie-Guite Dufay a fait de la centralisation autour de la métropole de Dijon une de ses obsessions. Depuis la fusion de la Bourgogne et de la Franche-Comté, cette dernière a été comparée à Dijon émigrés et maltraités. Aujourd’hui, la Bourgogne et les Franco-Comtois n’ont pas les mêmes droits. Ce déséquilibre s’explique simplement : la majeure partie du budget régional est réservée à la métropole et aux quartiers dits « prioritaires ». Sur les cinq districts les plus dangereux de la région intéressés par le trafic de drogue et les troubles urbains, près d’un demi-milliard d’euros ont été consacrés à la politique urbaine. Je suggère une conditionnalité laïque. Les collectivités locales bénéficieront des fonds publics en termes de critères de sécurité, de renforcement des valeurs de la République et de laïcité. Si ces critères sont remplis, la région continuera d’accorder des subventions. Sinon, la zone va couper la nourriture.

Dans le cas d’un triangle, le RN pourrait perdre au second tour. Avez-vous peur d’un « front républicain anti-RN » dans le deuxième tour ou est-ce qu’il est à court de fonctionnalité ? Le front républicain est mort et enterré. Certes, il y aura toutes sortes de manœuvres pour la mettre en œuvre : mouvements de ministres, debout dans la presse, boules odorantes sortant de l’accalmie. Mais les électeurs ont compris que les manœuvres des anciens partis ont leurs propres. Dans le cas d’un triangle, nous gagnerons. Il y a une dynamique de changement. L’alternance n’est pas un « grand mot » : elle garantit le renouveau de la démocratie. Si la gauche et la droite ont déçu les électeurs, un changement dans les élus, les opinions et les politiques seront inévitablement inévitables. Nous proposons cela avec des idées, dont la plupart ont la majorité dans la région. Compte tenu du contexte national et régional, je pense que c’est notre tour.

ARTICLES LIÉS