Quelles études pour être psychomotricienne ?

Morgane nous donne toutes les informations dont nous avons besoin pour devenir psychomoteur. En fait, elle a suivi un cours de préparation au concours psychomoteur au CPES Limoges avant de rejoindre l’Institut de formation des psychomotriciens (IFP) de Rouen. Sujets, études, instituts : Elle nous dit tout sur le secteur de la psychomotricité !

A découvrir également : Qu’est-ce que le CBD ?

par Thibaud Arnoult Temps de lecture : 10 minutes

A découvrir également : 5 positions de sommeil pour préserver votre dos

Pour rappel, 11 instituts de formation des psychomotres sont disponibles en compétition en France : Paris (2 écoles), Vichy, Marseille, Toulouse, Loos, Alençon, Lyon, Rouen, Les Mureaux et La Garde. En outre, il existe un IFP et 3 IFP sur l’île de la Réunion, qui sont accessibles après validation de PACES (Orléans, Mulhouse, Bordeaux).

Voici un live made in partenariat avec ANEP Des instituts de formation et des études de psychomotricité !

Vous voulez devenir psychomoteur ? Contactez gratuitement un étudiant via Objectif Entraide :

Soutien mutuel objectif — lien entre étudiants et étudiants

Pourquoi devenir psychopoteur ?

Avant de vouloir devenir psychomoteur, je voulais passer à la physiothérapie. Je me suis vite rendu compte que le psychomoteur était plus en phase avec moi grâce à son approche thérapeutique et relationnelle.

La psychomotricité suppose que le psychique et le corps sont interconnectés. Par exemple, si le corps tourne mal, cela peut être dû à un problème psychologique et vice versa. Par conséquent, nous avons une approche globale des soins du corps et de l’esprit qui traite généralement séparément. volonté.

Je voulais être psychomoteur, car c’est une profession où la routine n’a pas sa place : pour chaque patient, il y a un soin, et chaque patient est différent d’un autre, même si certaines pathologies se trouvent, il ne les exprime pas de la même manière.

Nous travaillerons également à exprimer des émotions : à quelle fréquence rencontrons-nous une personne et disons-nous « Elle a l’air fatigée/bouleversée, triste ou heureuse… » : un exemple de l’influence du psychique sur le corps. Pour travailler sur ces deux côtés, nous utilisons divers objets tels que le son, le motif corporel et l’image corporelle, la motricité globale et fine, l’espace, le temps…

Ces points nous guident dans l’observation de nos patients, et cette observation est affinée à l’aide d’évaluations qui nous permettent de fixer un projet thérapeutique et des objectifs de travail. Le soutien est alors unique à tous : il y a autant de pratiques que de psychomoteurs.

Le métier de psychomotriker n’est pas facile. Nous sommes confrontés à un handicap (enfant, adolescent, adulte) et à la mort (gériatrie, nouveau-nés)

Certains s’appuieront sur des comportements thérapeutiques basés sur la relaxation (différentes méthodes de relaxation, d’hydrothérapie, de balnéothérapie…), de médiations plus dynamiques (arts martiaux, sports de groupe, danse…) ou encore plus de médiations créatives (art-thérapie, musicothérapie, théâtre…).

Vous pourriez être intéressé par : The DUT Careers Sociales

Carrières sociales DUT : sujets, opportunités et options

À qui s’adresse l’entraînement en psychomotricité ?

Le secteur s’adresse à toutes les personnes motivées. Il est préférable d’avoir fabriqué une poubelle en S car le prépa est basé sur les terminaux SVT et les programmes Premiere, mais certains prépa fournissent un soutien biologique aux personnes venant d’autres flux.

Ce sont des études très enrichisantes, c’est un excellent travail dont vous ne vous laisserez jamais là où vous continuez à apprendre tout au long de votre carrière !

Le psychomoteur travaille avec :

— Les bébés (prématurés, traumatismes à la naissance, dysfonction postnatale avec troubles sonores, divers troubles sensoriels, troubles relationnels, maladies) participent à l’intégration de l’apprentissage moteur et socio-psychologique. Les enfants (troubles d’apprentissage, hyperactivité, inhibition, malaise motrice, retards de développement, troubles du développement invasifs, handicap, maladie) élargissent la communication et l’expression de soi nécessaires au développement

— adolescents (troubles de l’alimentation, troubles relationnels, comportementaux et/ou troubles de la personnalité, dépression, handicap, maladie, troubles de la dépendance) pour mieux vivre les changements mentaux et physiques qui surviennent pendant cette période de la vie

— Les femmes enceintes (stress et anxiété, dysfonctionnement prénatal, préparation à l’accouchement) accompagnent les changements physiologiques de la grossesse. adultes (stress, anxiété, dépression, obésité, anorexie, invalidité, maladies post-traumatiques, troubles de la personnalité, troubles de la dépendance, changement d’action) en difficulté temps, fatigue psycho corporelle ou troubles divers

— Les personnes âgées (retour d’hospitalisation, perte d’autonomie, troubles de l’équilibre, syndrome post-cas, troubles de la mémoire, démence, troubles neurologiques, invalidité, maladie) accompagnent la personne dans le vieillissement de leur organisme

Nous intervenons donc avec un peu de tout le monde partout !

Vidéo : Comment devenir orthophoniste ?

Quels sont les sujets de la psychomotricité ?

L’entrée dans l’IFP dans la compétition se fait par deux tests de deux heures :

1) Biologie : basée sur les programmes First et Terminal S dont les principaux sujets sont la composition de la matière vivante, la génétique, l’évolution, l’endocrinologie, le système nerveux, la reproduction, l’immunologie et la biologie cellulaire. Le format du test est spécifique à chaque école : MCQ, reproduction des connaissances, synthèse de documents…

2) Français : Le test consiste en un résumé du texte dont la longueur varie en fonction de l’école. Il peut également y avoir des questions de vocabulaire (définition des mots, synonymes de mots…)

Attention : À partir de l’année prochaine, il ne s’agira plus nécessairement d’un concours. Les détails de chaque institut n’ont pas encore été communiqués, mais les méthodes de sélection peuvent varier en plus de s’inscrire avec cours up.

Pour devenir psychomoteur, voici le programme IFP :

— Première année : santé publique, pathologie et pharmacologie, pédagogie, anatomie et neuroanatomie, psychologie et neurophysiologie, psychologie, psychiatrie, pratique théorique psychomotrice et psychomotrice. La première année est principalement basée sur le développement normal de l’enfant. Il y a également 80 heures de stage durant l’année (cours de courte durée).

— Deuxième année : anatomie, physiologie et neurophysiologie, pédiatrie, psychologie, psychiatrie, psychomotricité théorique, module théorique-clinique avec études de cas, pratique psychomotrice. La deuxième année est principalement basée sur la découverte des bilans et leur transfert. Il y a également 200 heures de stage au cours de l’année (stages longs et courts).

J’ai appris à moi poser d’autres questions pour affiner mon sens de l’observation. J’ai réussi à gagner en confiance, j’ai appris à mieux me connaître et à mieux m’accepter.

— Troisième année : anatomie, législation, psychiatrie, psychologie, psychomotricité théorique, module théorique et clinique, et pratique psychomotrice. La troisième année repose principalement sur la mise en œuvre d’un projet et sur le suivi thérapeutique. Il comprend également 400 heures de stage au cours de l’année (stages longs et courts), un test de la situation professionnelle (MSP) et la présentation d’une thèse finale.

Découvrez le site de l’Union nationale des psychomotricistes

La chose la plus intéressante ? Le moins ?

Les sujets qui m’intéressaient le plus étaient la psychiatrie, la psychologie et pratique psychomotrice. Chez le psychomoteur, nous trouvons les mots « psycho » et « moteur » : il est important de trouver une pratique qui équilibre les deux, mais la réalité est tout à fait différente, nous aurons des psychomotriciens plus rééducateurs et d’autres thérapeutes. Je suis plutôt du côté thérapeutique de notre profession, d’où mon goût plus prononcé pour la psychologie et la psychiatrie.

La pratique psychomotrice comprend la TD, y compris les médiations que nous avons vécues. Ce module dépend évidemment de chaque école et de ses options d’enseignement (je parlerai dès maintenant jusqu’à la fin de l’entretien IFP Rouen).

Nous avons pu découvrir la batterie, l’art-thérapie, le théâtre, le cirque, la danse (africaine, indienne, contemporaine), le balnéo et l’hydrothérapie, l’équithérapie (médiation cheval), la relaxation (Schultz, Jacobson, Soubiran, Wintrebert), et je l’ai oublié… Ce que je fais à propos de ces études c’est qu’ils m’ont permis d’expérimenter des médiations que je n’ai jamais découvertes à l’extérieur.

À découvrir : études médicales

À

quoi ressemblait cette semaine typique ?

Les semaines sont plus ou moins chargées. Pour les stages longs, les semaines peuvent être raccourcies (stage de 10 jours la première année, tous les jeudis ; 20 jours la deuxième année, tous les vendredis ; 52 jours la troisième année, tous les lundis et mardis). En général, il y a des TD une fois tous les deux jours afin de ne pas surcharger les semaines avec cette théorie. Nous sommes vraiment dans de bonnes conditions pour devenir psychomoteurs.

Avez-vous eu du mal à devenir psychomoteur ?

J’ai eu des difficultés en neuroanatomie et en anatomie. Ce sont des sujets que nous devons mémoriser, je préfère les sujets que l’on pense demande…

Qu’avez-vous appris concrètement à l’institut de formation ?

En psychomotricité, on apprend quelque chose sur les autres, mais aussi sur soi-même. Les formations qui permettent un travail aussi intensif sur soi-même sont rares !

J’ai donc élargi ma connaissance des différents troubles que nous pouvons rencontrer au cours de notre carrière, des différentes évaluations que nous pouvons passer, des projets thérapeutiques et de suivi que nous pouvons mettre en place… mais j’apprends aussi à me connaître, à me faire confiance et à mes compétences et à vous personnaliser des situations imprévues.

Avez-vous une idée concrète de votre projet ?

Je n’ai pas encore une idée ferme de mon avenir après l’obtention de mon diplôme. Je ne sais pas encore avec quelle population je préfère travailler, je pense que tout dépend des offres que je peux trouver !

Quels magasins se rapportent à l’entraînement en psychomotricité ?

Après avoir reçu le diplôme d’État, vous pouvez devenir psychomoteurs ayant un statut bac 2 (oui, le prépa ne compte pas et les 3 années de formation sont reconnues comme 2…). L’Association nationale des étudiants en psychomotricité (ANEP) s’est battue pour le développement nouveau de notre diplôme, en particulier pour réussir la formation d’un master reconnu en 5 ans.

Quels conseils pour ceux qui veulent devenir psychomoteurs ?

Il n’est pas facile de devenir psychomotrique. Nous sommes confrontés à un handicap (enfant, adolescent, adulte), à la mort (gériatrie, nouveau-nés). Il n’est pas nécessaire de faire ce travail dans l’espoir de guérir les patients et d’obtenir des résultats pour tout le monde. La plupart du temps, nous conservons les compétences que nous avons déjà acquises et pouvons surmonter les difficultés, sans jamais les supprimer.

Cela peut parfois causer de la frustration ou un sentiment de causer de l’inutilité. Vous devez savoir comment être patient et considérer tout progrès minimal comme une victoire.

Avant de devenir psychomoteur, vous devez savoir qu’il s’agit d’une profession où il n’y a pas de place pour la routine : pour chaque patient, il y a des soins et chaque patient est différent d’un autre, même si certaines pathologies se trouvent, il ne l’exprime pas de la même manière. Vous devez donc savoir faire preuve de patience, de créativité, d’imagination et de rétrospective pour éviter d’être transféré et capable d’imposer un cadre et des limites pour protéger le patient, mais aussi pour vous protéger.

Aussi à découvrir (vidéo) : Comment devenir sage-femme

Avez-vous terminé l’entraînement en psychomotricité ?

Au cours de ma première année de formation, j’ai des cours d’observation à la maternelle et à la maternelle exécuté. J’ai également fait un stage au Foyer de Vie (FV) et à la Maison Spécialisée (MAS). Ce sont des installations pour adultes handicapés (autonomes en FV, selon MAS).

La deuxième année, j’ai effectué un stage au Geriatric Suite Care Service (SSRG) et j’ai accueilli des personnes âgées qui ont subi une intervention chirurgicale pendant un court séjour, une infection, des troubles pouvant en résulter. J’ai également fait un stage de 15 jours en psychiatrie adulte dans l’unité des troubles comportementaux alimentaires (ATD) chez des adultes atteints d’anorexie et de boulimie. J’ai fait un long stage à l’Institut d’éducation médicale (IME) auprès d’enfants handicapés mentaux et de troubles connexes.

Pour la troisième année, j’ai effectué un stage à l’Accommodation Establishment for Seniors Dependent (EHPAD) et j’ai accueilli des personnes âgées qui ne peuvent plus être soignées à domicile. J’ai actuellement un long stage à ImpPro et je souhaite la bienvenue à de grands adolescents et jeunes adultes souffrant de handicaps mentaux. J’ai eu l’occasion de voir de nombreuses institutions différentes au cours de mes stages, mais malheureusement, ce n’est qu’un échantillon de nos domaines d’action.

Recommanderiez-vous la chaîne psychomotrice ?

Oui, bien sûr ! Ces études sont très gratifiantes. Devenir psychomoteur, c’est faire un excellent travail là où vous ne vous ennuyez jamais, où nous continuons d’apprendre tout au long de votre carrière ! J’ai appris à me poser d’autres questions pour affiner mon sens de l’observation. J’ai réussi à gagner en confiance, j’ai appris à mieux me connaître et à mieux m’accepter.

Découvrez les études de chirurgie dentaire :

Vous souhaitez poursuivre vos études de psychomotricité ?

J’adorerais Trouvez une formation en musicothérapie. J’ai une passion pour la musique et j’aimerais utiliser cette passion dans ma pratique de psychomoteur. Si je pouvais combiner la musique et devenir psychomoteur en même temps, ce serait vraiment génial ! Après l’obtention du diplôme, plusieurs ponts sont possibles : Université de psychologie, éthologie, sociologie… Des masters sont également disponibles, y compris des masters de recherche.

Le dernier mot ?

Le fait d’être 20 par promotion permet une très bonne cohésion au sein de la classe et entre nous. Rouen est une ville très étudiante et donc très dynamique. De nombreux événements sont organisés par les BDE, ce qui nous permet de participer à des événements dans d’autres secteurs et de faire ainsi connaissance avec des étudiants d’autres institutions.

ARTICLES LIÉS