C’est quoi une personne androgyne ?

Cette déclaration est tirée de la « Transphobie n’est pas mon style. »

Mon nom est Adonis, je suis une personne Agenerer non binaire (donc je ne m’identifie pas avec un sexe), AFAB (femme assignée à l’accouchement). J’ai 25 ans et j’utilise les pronoms « elle » en français et « you/elle » en anglais. J’étudie la sexologie à l’université et travaille en intervention auprès de personnes de la communauté lgbtq . J’adore collecter des bandes dessinées !

Lire également : Quelle couleur de robe pour un mariage ?

Je suis dans mon milieu social, académique et professionnel. En ce qui concerne la famille, je n’en ai jamais vraiment parlé, sauf ma sœur (qui a très accepté), parce que je n’en ressens pas nécessairement le besoin. Je suis à l’aise avec la perception que ma famille a de moi. En dehors d’un changement social en 2017, je ne veux pas commencer une transition médicalement (hormones, opérations…) ou légales (changement de nom ou mention du sexe). Le simple fait que mon entourage utilise des pronoms neutres et des accords me satisfait.

Comment avez-vous pris conscience de votre non-binarité ?

A lire en complément : Quel saint parlait aux animaux ?

À l’âge de 15 ans, j’ai examiné le problème du genre et j’ai commencé à penser à mon identité de genre. Je me suis identifié comme une bigegress (plus précisément « Demigirl » : une petite femme et autre chose) pendant quelques mois, puis repoussant la question. Je me suis convaincu que je suis une femme de la CEI parce que je m’inquiétais du problème de l’identité de genre.

J’ étais entouré de personnes non binaires ou j’ai remis en question leur identité de genre. Ce sujet est devenu de plus en plus familier. J’ai ensuite rencontré une personne non binaire AMAB (homme assigné à la naissance) avec une expression de genre très mâle. J’ai eu beaucoup de conversations avec cette personne au sujet de l’identité de genre et mes questions sur ma propre identité ont réapparu ! J’ai commencé à penser au genre et à l’identité de genre, et j’ai vite réalisé que je ne me sentais pas comme n’importe quelle sorte. Je ne me suis pas reconnu, ni dans la définition d’une femme ni d’un homme. Je m’identifie comme une personne Agenerer, c’est-à-dire une personne qui ne s’identifie à aucun sexe ! Mon ami m’a également permis de voir qu’une personne non binaire n’est pas obligée d’avoir une expression neutre/androgyne de genre. Par conséquent, je pouvais comprendre que mon rejet des normes de genre et de l’identité de genre ne nécessitait aucun changement physique dans mon image. Je pourrais très bien être une femme et un agener !

Êtes-vous bien accueilli par votre entourage ?

La première personne que j’ai révélée ma non-binarité (sauf mon petit ami) était ma blonde . Je lui ai dit que je pensais être une personne non binaire et que je ne me reconnais pas dans l’identité féminine. La discussion ne m’a pas effrayé, mais une petite voix dans ma tête m’a dit que ma blonde me quitterait, qu’elle ne pouvait plus m’aimer en tant que lesbienne , etc. Enfin, ma blonde était l’une des personnes les plus réceptives pour ma révélation, elle m’a immédiatement interrogé sur mes pronoms et les termes que je voulait parler de moi. Ça m’a réchauffé dans mon cœur et je me suis senti confirmée dans ma relation.

Le reste de ma vie n’a pas vraiment changé, je continue à faire les mêmes activités que moi et continue à voir les mêmes personnes. Le Seules les choses qui ont changé sont mes pronoms en anglais à la fin de mes emails.

Et les gens vous éboguent en tant que personne non binaire ?

Je suis coincé tout le temps ! Je suis une personne qui a une expression sexuelle très féminine dans mes vêtements (maquillage, vêtements, etc.), donc les gens supposent que je suis une femme cisgenre et m’appelle « mademoiselle » ou « mademoiselle ». Seuls mes amis et mon entourage ne me rendent pas zélé parce qu’ils connaissent mon identité de genre. Ces situations, où mon identité en tant qu’agence ou personne non binaire est invisionnée, me donnent le sentiment de ne pas être « assez » non-binaire : je pense souvent que les gens se trompent à cause de mon expression sexuelle et que cela se produirait moins si j’avais une expression de genre androgyne. Je me sens invisible et inapproprié dans mon identité quand Les gens m’ont fendé.

Quand les gens m’appellent avec des formules féminines, je les corrige en leur demandant de m’appeler par mon prénom à la place (par exemple : Adonis aime les romans graphiques). Selon la situation, je corrigerai également les personnes qui n’utilisent pas les bons pronoms (surtout en anglais). D’un autre côté, je ne le fais pas tout le temps, parce que je ne me sens pas toujours en sécurité. Si je ne suis pas à l’aise d’exposer mon identité de genre dans un contexte, je ne corrigerai pas les gens. De plus, il sera facile de corriger et de corriger les gens autour de moi.

Mes amis ont beaucoup essayé d’arrêter de me voir comme une « femme » et de voir vraiment la différence entre mon expression sexuelle et mon identité de genre. Parfois, ils se trompent encore, mais même le remarquent eux-mêmes et s’excusent. UN L’exemple que je peux nommer est l’exemple de ma blonde : elle m’a appelé sa petite amie/petite amie blonde. Quand je lui ai demandé d’arrêter d’utiliser ces conditions et plutôt d’utiliser les conditions partenaire/partenaire, elle a toujours essayé de se corriger, et maintenant elle ne fait pas d’erreur !

Quand je serai grand, je veux être capable de sensibiliser les gens aux réalités trans- et non binaires pour normaliser ces problèmes ! Je pense qu’il est important pour les jeunes de se sentir à l’aise avec ce genre de réflexion et d’en parler sans crainte !

Vous voulez découvrir des histoires plus inspirantes ? Jetez un oeil à notre guide « Transphobia n’est pas mon genre »

ARTICLES LIÉS