Comment un drone quadrirotor se Déplace-t-il ?

Quadcoptère : quatre rotors… 4 moteurs. La plupart des drones que nous volons en 2019 sont des quadcoptères, c’est-à-dire des drones équipés de 4 moteurs. Ici, nous expliquons aussi simplement que possible le flux physique du vol avec ce type de configuration afin que vous puissiez mieux comprendre le fonctionnement de votre avion. Commandes Tout d’abord, commençons par les commandes. La plupart des drones sont expédiés en mode 2. C’est-à-dire que la télécommande est programmée comme suit : accélérateur sur le bâton gauche. Vous pouvez passer au mode 1, mais il est moins universel. Faites le bon choix, il vous sera difficile de les changer après avoir appris les bases et intégrer les réflexes.

****0Mode de contrôle à distance 2 © www.letelepilote.fr En mode 2, le manche gauche contrôle l’axe gaz et lacet (lacet), le manche droit contrôle l’axe de pente (pas) et l’axe de roulis (le rouleau).

A lire en complément : Quel prix pour une liseuse ?

Les 3 essieux du vol © www.letelepilote.fr Tout d’abord, je vous conseille de vous entraîner à connaître ces axes, c’est-à-dire en appuyant sur un bouton 🙂. Le développement de votre drone doit être aussi instinctif que conduire une voiture (volant, pédales, boîte de vitesses… etc.). Si vous voulez aller encore plus loin la connaissance du pilotage, je vous recommande d’acheter un drone manuel (sans stabilisation) pour vraiment apprendre à voler… Lire notre article : L’école des drones : hubsan-x4-h107c

A lire en complément : Quel ordinateur portable pour 500 euros ?

Les principes du vol stationnaire en mode stationnaire , les quatre rotors du drone tournent à la même vitesse, offrant ainsi les mêmes performances. La performance globale compense l’ensemble. C’est-à-dire, pour le garder à une hauteur (sans tomber) et pas assez pour le soulever. Si nous voulons monter le drone (tige gauche de gaz en mode 2) augmente la puissance des gaz, 4 rotors simultanément (avec la même puissance) et le drone monte. Si le Les gaz sont réduits, les 4 rotors tournent moins rapidement et par leur poids ils vont à la Terre (attraction terrestre).

Hover © www.letelepilote.fr Ce schéma montre que les quatre rotors ne tournent pas dans la même direction. Deux rotors sur le même axe tournent dans la même direction. Autrement dit, M1 et M3 tournent dans le sens horaire, et M2 et M4 tournent dans le sens antihoraire pour annuler le couple induit par les hélices. C’est le secret de sa stabilité !

Pour déplacer ou reculer le drone :

© www.letelepilote.fr Pour déplacer le drone vers l’avant ou vers l’arrière, vous devez jouer sur l’axe de hauteur, le pas, c’est-à-dire le bâton droit (en avant et en arrière). Au fur et à mesure que le drone progresse, la puissance des deux moteurs avant sera réduite et la puissance des deux moteurs arrière augmentera. Si le drone démissionne, ce sera juste le contraire.

Pour que le drone aille de gauche à droite :

© www.letelepilote.fr Pour déplacer le drone vers la gauche et la droite, vous devez jouer sur l’axe de rouleau, le rouleau, c’est-à-dire le bâton droit (gauche et droite). Si le drone va à gauche, la puissance des deux moteurs de gauche diminuera et celle des deux moteurs de droite augmentera. Si le drone va à droite, alors le contraire est vrai.

Pour faire pivoter le drone (axe de lacet) :

© www.letelepilote.fr Pour faire pivoter le drone vers la droite ou la gauche, vous devez jouer sur l’axe de lacet, le lacet, c’est-à-dire le bâton gauche (gauche et droite). Si le drone tourne droit, restez à droite, la puissance des deux rotors 2 et 4 augmentera, et la puissance des rotors 1 et 3 sera réduite (voir schéma de marquage du rotor ci-dessus). Et vice versa, si vous voulez une rotation dans le sens des aiguilles d’une montre (rester à gauche). Pourquoi ? simplement par l’effet de couple des hélices. Une hélice tournante à gauche crée un effet de couple inverse sur le côté droit.

Conclusion  : voici les principaux principes (populisés) de la façon de piloter un drone. Dans la vie quotidienne, les drones stabilisés et compensés ne sont pas plus compliqués que cela, d’autre part, avec des drones en mode manuel (sans stabilisation et compensation), il est nécessaire d’agir pratiquement simultanément sur tous les axes à tout moment. En fait, par exemple, l’action sur l’axe de pas (vers l’avant ou vers l’arrière) induit une correction systématique de la puissance (tige de gaz) pour se maintenir à la même hauteur. Tout cela ne tient pas compte non plus des effets du déplacement d’air (par exemple effet de sol) qui provoque la rotation des hélices et nuit au pilotage. Et dernièrement, tout cela deviendra un peu plus compliqué si le vol est inversé ! cette nous verrons dans notre leçon 3 !

Pour recevoir un billet gratuit une fois par mois, abonnez-vous à notre newsletter ! En janvier : piloter son drone en hiver.

Leçon #1 : Qu’est-ce qu’un Dronelemon n°3 : ReverseFlight

YannMathias

ARTICLES LIÉS