Quand puis-je survoler des personnes avec un drone ?

Lire également : Quelle carte mère choisir en 2021 ?

INTRODUCTION

À quoi sert un drone ?

A lire aussi : C'est quoi les cœurs d'un processeur ?

Nous entendons beaucoup parler de drones, de ces mini-hélicoptères télécommandés que l’on peut voir dans les magasins ou dans les vidéos sportives. Ils peuvent être utilisés à des fins civiles (privées, commerciales, humanitaires, etc.) ou militaires. On ne se rend pas encore compte qu’ils prennent de plus en plus de place dans notre ciel bas et remplaceront de nombreux outils existants. Par exemple, ils peuvent être utilisés pour :

  • Livraison de nourriture (quand la première pizza est-elle livrée par un drone ?) ou des colis commerciaux et privés : Amazon a annoncé que son programme de livraison automatisée de drones Prime Air permet la livraison de colis en moins de 30 minutes. La société Qoqa a franchi le pas en mettant en œuvre un phase d’essai du premier système de livraison de drones en Suisse : FlyPaq ;
  • cartographie et modélisation, tout comme la société suisse Pix4D avec son logiciel de cartographie de drones civils pour modéliser des bâtiments ou des terrains en 3D à partir d’images 2D assemblées ;
  • Loisirs, vidéos personnelles, événements sportifs et cinéma. Les drones autonomes sportifs sont très à la mode, comme le montre la start-up française Hexo . À Hollywood, la FAA a approuvé le vol de drones à des fins de tournage. Les caméramans sont remplacés par des drones dans les scènes de suivi, ce qui offre des possibilités d’angles sans précédent. Skyfall, le loup de Wall Street ou Harry Potter, et la Chambre des Secrets, par exemple, ont utilisé des drones pour filmer des scènes extérieures.
  • l’observation, la surveillance privée ou publique, comme la recherche d’une personne fugitive ou la surveillance des manifestations policières telles que Euro2016 ;
  • À des fins humanitaires ou de premiers secours, en particulier dans les zones qui sont très inaccessibles en raison du transport conventionnel ou de la fourniture de nourriture, de médicaments, de soutien logistique en cas de catastrophe naturelle, etc.
  • Utilisation par l’armée pour l’offensive, la défense, la persécution, l’espionnage ou la surveillance de zones civiles…

Les idées ne manquent pas, car ce dossier très complet montre l’immense potentiel des drones. D’un point de vue économique, il existe un marché important pour l’industrie, y compris la fabrication et la réparation, mais aussi le développement de logiciels offrant des interfaces mobiles spécialisées, des applications et des transports.

Inconvénients et risques . Lorsque nous pensons au potentiel, nous devons également prendre en compte les inconvénients et les risques. Vous pouvez mentionner que la livraison à domicile est certainement possible si vous avez une maison avec jardin et un seuil assez propre. , comme le montre la présentation vidéo très amicale et naïve des drones Amazon. Mais qu’advient-il des citoyens Lambda qui vivent au milieu de la ville ? Y aura-t-il la création de points d’écrasement ou d’atterrissage dans la ville pour surmonter cette restriction et éviter le vol de colis ? Les drones entrent de plus en plus dans la caméra haute résolution. Dans le cadre de la vidéosurveillance, les drones poseront des problèmes de confidentialité. Le Commissaire fédéral à la protection des données et à la transparence (PFPDT) a publié un article sur ce sujet sur son site Web. En outre, le risque d’accidents est bon et réel, comme la récente collision d’un drone avec un avion de ligne British Airways avant de voler à Londres Heathrow le 18 avril 2016, les drones sont des équipements de vol télécommandés ou automatisés d’un certain poids et peuvent évidemment être connectés à un autre objet volant ou un animal entre en collision ou s’écrase sur le sol. Des problèmes de responsabilité se poseront et il sera souhaitable que la couverture d’assurance soit suffisamment élevée. Du point de vue de la pollution sonore, on peut imaginer qu’un ciel plein de drones serait nuisible à la fois à l’environnement et aux résidents. Il faut encore s’attendre à ce que les organisations de protection des animaux se mobilisent en fonction du développement. Pire encore, on peut imaginer l’enlèvement ou le piratage d’un drone, mais aussi le terrorisme… Il y a peut-être une menace qui ne devrait pas être sous-estimée.

L’avenir nous le dira.

______________________________

PARTIE I

ÉTUIS PRATIQUES POUR DRONES AUX ÉTATS-UNIS

Les réalisateurs de séries télévisées développent de manière très créative des originaux Scénarios liés aux nouvelles technologies, surtout lorsque les réglementations ne sont pas encore claires. Dans l’un des derniers épisodes de l’excellente série The Good Wife (S07e18) de Ridley Scott, il y a un différend privé spécial car il s’agit d’un drone de surveillance qui survole les quartiers résidentiels pour prévenir et découvrir des actes criminels. Le litige se déroule dans trois dossiers, tels que des affaires juridiques universitaires ou des examens de brevet de l’avocat.

ACTE 1 . Une organisation qui possède un drone permet à un prototype de survoler des maisons de quartier pour surveiller d’éventuels actes de vandalisme ou actes criminels. La machine est prise au hasard et parcourt les quartiers plusieurs fois par jour, filmant le domaine public, mais aussi le domaine privé, c’est-à-dire les jardins et les maisons. Il s’avère qu’un habitant du quartier est thérapeute et à la maison. pratiqué. Ses patients sont donc visibles depuis les airs sur les images de surveillance du drone. Il a intenté une poursuite devant le tribunal compétent pour atteinte à la sphère privée parce que l’on voit des gens qui n’ont pas accepté d’être filmés par le drone. Il croit que le drone est responsable d’une baisse de sa clientèle, qu’il est de 300 000$, et réclame une indemnisation au propriétaire du drone et exige une interdiction de vol.

Argumentation : Le thérapeute voisin invoque l’intrusion dans sa sphère privée après l’isolement selon le principe de « l’intrusion » de la loi anglo-saxonne, mais perd son processus. Du point de vue du 1er amendement à la Constitution américaine, le droit du propriétaire du drone de prévenir le vandalisme dans le voisinage par la surveillance aérienne prévaut, le droit à la vie privée et le drone peut voler !

____________________________

NE SURVOLEZ PAS MA PROPRIÉTÉ OU JE TIRERAI VOTRE DRONE !

ACTE 2. Comme il est autorisé à voler, le drone continue de survoler le quartier. La caméra du drone filme le thérapeute voisin qui lui tire dessus avec son fusil alors qu’il passe au-dessus de sa propriété et la détruit en plein vol. Cette fois, c’est le propriétaire du drone qui prend des mesures contre le thérapeute pour rembourser la valeur du prototype, soit 80 000$ (dommages compensatoires). Il faut également payer 10 000$ à titre d’indemnité de punition et d’interdire au voisin de tirer sur un drone volant dans le quartier.

Argumentation : Le voisin affirme qu’il s’est senti menacé par le drone et qu’il pensait pouvoir l’attaquer et lui tirer dessus pour conjurer cette menace potentielle. Les avocats plaident donc la « doctrine du verrou » introduite en 1628, qui est une sorte de cas de légitime défense spécifique à la propriété anglo-saxonne, après quoi une attaque imminente peut être reportée si elle menace d’envahir ses biens. Le juge est d’avis que cette crainte n’est pas justifiée et qu’elle a besoin de conseils pour la prouver. Un expert en drones est traduit en justice et présente des vidéos de drones civils et militaires montrant qu’il est presque impossible de détecter un drone de combat d’un drone civil à partir d’un drone civil. Certains drones filment en infrarouge ou par détection de chaleur et d’autres ont des technologies connectées pour entrer dans l’ordinateur d’une maison éloignée et voler ses données. L’expert conclut qu’un drone peut pénétrer dans une telle maison et violer la vie privée d’une personne sans y entrer physiquement et voler ses données en piratant son ordinateur.

Malgré les efforts de raisonnement, le propriétaire du drone remporte cette manche. La vidéo filmée par le drone montre que le drone n’était pas en mode stationnaire au moment de l’incendie du voisin, mais qu’il était en mouvement et est sorti de sa propriété et qu’il exploitait une « retraite » à partir de cette époque. Dans ces circonstances, la doctrine du verrou ne peut pas s’appliquer, car ce principe permet de conjurer une menace imminente, mais interdit de tirer dans le dos de l’attaquant…

______________________________

LE PARADIS EST AUSSI MA PROPRIÉTÉ, N’EST-CE PAS ?

ACTE 3 . L’acte final porte sur la question de savoir si la législation fédérale sur les systèmes d’aéronefs sans pilote s’applique ou non aux drones, en particulier en raison du niveau du sol, et si les drones de la base de données Federal Aviation (FAA) administration) doivent être enregistrés. Dans ce scénario, le drone en question a été abattu à une hauteur de 60 m, et la question est de savoir si le voisin a été tiré sur un objet dans un espace aérien réglementé par l’espace aérien réglementé par l’État de la FAA, ou si les règles s’appliquent à la propriété privée.

Argument : Un employé du service juridique de la FAA (Unforcement and Compliance) est appelé devant le tribunal pour informer les parties s’il est légal de tirer dans cette pièce ou non. L’avocat affirme qu’en dehors de la juridiction de la FAA, il existe une zone appelée « classe G », située entre 150 m et 150 m au-dessus du niveau de la mer. Selon l’avocat du thérapeute voisin, il serait illégal de rendre inutilisable un drone de plus de 500 mètres, mais totalement légal en bas. L’avocat du propriétaire du drone répond et invoque les États-Unis contre l’affaire Causby. Dans ce cas, un avion militaire a souvent traversé la ferme de M. Causby à une hauteur de 25 m, ce qui craignait que les poules sautent du mur et se tuent mutuellement. Cette affaire consacre le principe du droit romain « des étoiles au monde souterrain » (usque ad sideras et usque ad inferos) et du droit anglo-saxon (du fond au ciel) de la propriété foncière verticale et qui, à Causby, fixe la limite dans laquelle un avion entre illégalement propriété d’un particulier et qui peut s’y opposer. Selon l’avocat du propriétaire du drone, il s’agit de Causby, et la hauteur de 60 m au-dessus de 83 pieds n’est plus la propriété du voisin, qui n’est donc pas autorisé à tirer sur l’appareil.

Inquisité, l’avocat de la FAA estime qu’entre 83 pieds et 500 pieds, ce que la législation n’a pas fixé, ne dit rien. Il explique que la FAA ne fait que décider lorsque le secteur privé a formulé ses premières recommandations et que le juge a dû se prononcer sur le différend. En fin de compte, le juge estime que la loi n’est pas du tout adaptée aux nouvelles technologies et est obligée de prendre une décision. Néanmoins, il est dans la loi du propriétaire du drone en confirmant le principe de la limite de 83 pieds au-dessus de laquelle le drone n’est plus la propriété du thérapeute qui a enfreint la loi.

Cet épisode amusant montre, du moins aux États-Unis, qu’on peut jouer avec la loi et imaginer des scénarios liés aux nouvelles technologies et s’appuyer sur la jurisprudence des avions qui effraient les poulets pour une utilisation analogique sur des drones. En l’absence de réponse législative ou juridique dans un domaine comme celui-ci, les réponses à des questions spécifiques peuvent parfois être inappropriées.

Ce n’est qu’un résumé de l’épisode d’une série télévisée qui sert de base à la réflexion et non pas de recherche juridique comparative pour étudier la véracité ou la plausibilité de ces affaires en vertu du droit américain. Pour aller encore plus loin dans le droit américain, ce blog juridique assez complet est consacré à la législation des drones aux États-Unis.

__________________________

PARTIE II

LA RÉGULATION DES DRONES EN SUISSE

Qu’en est-il de la Suisse ? Quelle législation s’applique aux drones et comment se déroulerait ce processus fictif s’il avait eu lieu en Suisse ?

En Suisse , les règles de l’aviation sont fixées par Office fédéral de l’aviation civile (OFAC). La Federal Aviation Act (LA) et le règlement du Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC) sur les avions de catégorie spéciale (OACS) régissent ce domaine. Les « règles de l’air » sont complétées par des normes européennes en matière d’altitude minimale. Compte tenu de l’évolution récente du marché des drones civils, l’OFAC a modifié son ordre, dont le résumé se trouve sur cette brochure.

Légalement, les drones civils de moins de 30 kilos sont classés comme modèles d’avions (article 14b OACS). Ces aéronefs non occupants ne sont pas soumis à approbation tant que le contact visuel permanent avec le drone est maintenu (art. 17 OACS, art. 12 Osav a Contrario). Si le drone quitte le champ de vision du pilote entre 0,5 et 30 kg et que sa portée est augmentée, un jeu OFAC est nécessaire. C’est non plus autorisé à utiliser un tel véhicule à moins de 100 m d’une collection de personnes ou dans des zones de contrôle (CTR) lorsqu’il dépasse 150 m au-dessus du niveau du sol. Il est également interdit de vous rejoindre depuis un aérodrome situé à moins de 5 km (art. 17 (2) lettres a, b et c OACS). Certains RÈGLEMENTS DE L’AIR « de l’ORA (Air Ordinance Rules) s’appliquent également. En outre, les cantons peuvent également adopter des règles supplémentaires, si nécessaire, plus restrictives sur les modèles d’aéronefs (article 19 OACS) afin de réduire le harcèlement et le risque que des personnes et des biens soient exposés au sol. Par exemple, le Conseil d’État du canton de Vaud a publié un décret sur la municipalité de Lausanne, interdisant tout vol géographiquement et de manière limitée (édition : 04/10/2017) entre le 14 et le 31 mars 2015 en raison d’une réunion diplomatique.

Pour plus d’informations, visitez le site Web de Swiss AirShoot, le contient également des détails sur l’utilisation d’un mini-drone lors de démonstrations et traite de l’actualité des drones.

______________________________

CAS PRATIQUES AMÉRICAINS EN DROIT SUISSE

Il est intéressant de se demander : d’un point de vue théorique, comment le cas fictif de Ridley Scott aurait pu se terminer en Suisse. Certes, les processus aux États-Unis n’ont rien à voir avec ceux de notre continent, et la loi obéit fondamentalement à différents principes et règles alors que nous comparons la common law et le « droit civil » (influence du droit romain).

ACTE 1 — Supervision privée dans les secteurs privé et public . Le premier acte soulève deux questions différentes : l’étendue du droit d’un particulier ou d’une entreprise, d’utiliser un drone à des fins de surveillance, puis de l’étendue de la responsabilité du propriétaire d’un drone pour le déclin de la clientèle d’un habitant du quartier.

Argumentation : La vidéosurveillance par drone utilise les lois de l’aviation civile, mais surtout les règles de protection du droit à l’image (art. 28 cc et DPA). Étant donné que le drone vole indépendamment et sans contact visuel direct avec l’avion par l’intermédiaire du pilote, l’approbation de l’OFAC est requise. Pour des raisons de droits à l’image, de sécurité, de proportionnalité ou même de nuisance sonore, il est très probable que des vols autonomes fréquents et accidentels dans des zones résidentielles ne seront pas accordés. Un drone de surveillance enregistre des données vidéo à la fois en privé et dans le domaine public. Toutefois, la vidéosurveillance privée dans les espaces publics est généralement considérée comme disproportionnée et interdite à moins que la zone filmée ne s’y trouve. de l’espace public est très petit. Dans la mesure où le drone doit prendre des photos d’un nombre indéterminé de personnes qui ne peuvent pas éviter d’être filmées et dont le respect du droit à l’image doit être protégé, la surveillance est susceptible d’être illégale. C’est donc la police qui a le pouvoir de surveiller le domaine public afin de prévenir la criminalité. Si un particulier veut surveiller lui-même le secteur public, il doit conclure un accord avec l’autorité pour mettre en place un tel système.

______________________________

CONSENTEMENT : LE NŒUD DU PROBLÈME

En ce qui concerne la vidéosurveillance par drones dans le secteur privé, le PFPDT a créé un souvenir sur ce sujet. En résumé, lorsqu’aucune personne n’est identifiable, l’HPA se fait soit par des visages flous, soit plaques d’immatriculation ou par un angle de prise de vue spécifique ou d’autres moyens techniques. D’autres questions telles que le droit du voisinage (si le propriétaire du drone est voisin), telles que les règles relatives aux émissions excessives de bruit causées par le drone (art. 684, paragraphe 2 CC). Le but est de reconnaître l’auteur de l’infraction, le superviseur ne brouillera certainement pas les images et voudra les sauvegarder temporairement. Chaque personne filmée, propriétaire, locataire et toute personne dans le champ de vision du drone doit être informé (art. 4, paragraphe 5, DPA) et son consentement (art. 13 DPA), y compris la fixation d’un panneau d’avertissement avec les coordonnées du propriétaire du drone (informations) et sans objection (consentement). Une décision récente de la décision 4A_576/2015 du 29 mars 2016 (commentée ici par Sylvain Métilla) montre que même à l’intérieur d’un bâtiment, un locataire individuel résiste et des caméras de surveillance de l’ensemble du bâtiment peuvent être enlevés. Dans notre cas, il y aura certainement d’autres moyens moins invasifs de surveiller les violations telles que les systèmes ou d’empêcher les alarmes privées ou les caméras qui ne filment pas chez le voisin. Vous pourriez probablement penser différemment pour surveiller un site archéologique ou celui d’une entreprise dont la sécurité est de la plus haute importance et ne peut être garantie par aucun autre moyen.

Outre les questions de droit de voisinage, la responsabilité du propriétaire du drone pour les dommages causés au thérapeute est intéressante. Il s’agit d’un cas de responsabilité civile en cas de dommages économiques résultant d’une baisse du chiffre d’affaires. Un tel processus ne sera pas facile pour le thérapeute. Pour gagner son procès, le thérapeute doit prouver qu’il a subi des dommages conformément aux règles de l’article 41 CO ss (consistant en un déclin. de son chiffre d’affaires), qui est à l’origine du vol du drone au-dessus des maisons. En outre, il doit prouver que le propriétaire du drone a commis un acte illégal (par exemple, le non-respect de la HPA) et a commis une erreur (intentionnelle ou négligence). Si toutes ces conditions sont remplies et surtout s’il parvient à quantifier le montant de ses dommages, il pourrait gagner le processus et recevoir une indemnisation égale au montant de sa clientèle perdue…

______________________________

DONNEZ-MOI MON Fût, LAISSEZ-MOI JOUER CE DRONE SATANE

ACTE 2 – Tirez sur un drone qui traverse sa propriété . Le cas des armes est moins intéressant car la législation varie considérablement entre les États-Unis et la Suisse. En fait, la Suisse interdit loin d’être le deuxième changement de La Constitution américaine, qui prévoit le droit inconditionnel de chaque citoyen américain de posséder une arme, toute acquisition, possession et utilisation d’armes à feu automatiques (art. 5, paragraphes 1 à 3, MRA). Le fait que l’autorisation soit requise pour en posséder une (art. 8 de la LMR) ne permet pas au propriétaire de l’utiliser librement. Si le cas se produit, le thérapeute sera très probablement signalé par un voisin aux autorités criminelles parce qu’il a commis un crime en vertu de la loi sur les armes ou a mis en danger la vie d’autrui si le drone tombe et s’écrase sur un voisin ou un passant. Le problème serait relativement similaire si le voisin rend le drone inutilisable (avec un autre objet) et tombe en panne à une échelle vulnérable. Cela dépend de la taille du drone, de l’endroit où il a été tiré et de la présence d’un incident. Si personne n’est blessé et que le drone est détruit, la question se pose de savoir si le drone est la propriété du thérapeute. pourrait arriver pour qu’un remboursement soit possible ou non…

______________________________

J’AI DÉJÀ DIT UN DRONE AU-DESSUS DE MA PELOUSE !

ACTE 3 — Du monde souterrain aux étoiles . Le principe du droit romain, qui permet au propriétaire d’un fonds de contrer toute menace ou perturbation de la propriété du Starhell, c’est-à-dire, quelle que soit sa taille ou sa profondeur, n’est plus applicable aujourd’hui. La jurisprudence relative à l’article 667, paragraphe 1, du CC stipule généralement que le propriétaire peut dominer la zone concernée et exercer les possibilités d’utilisation du bien et empêcher l’utilisation du fonds par des tiers dans ce domaine. C’est l’intérêt de l’exercice du droit de propriété qui définit la limite de hauteur dans chaque cas. Pour la Cour fédérale (TF), les droits de propriété existent dans l’ensemble des cas jusqu’à la hauteur de la zone aérienne, où un téléphérique passe devant un bâtiment construit à basse altitude (10 à 40 m). Il contredit également le droit de voler à travers un fonds de basse altitude près d’un aérodrome privé sans le consentement du propriétaire, qui peut s’opposer à des vols bas à travers son pays. Selon la jurisprudence de la TF, afin de se protéger des dommages causés à son fonds, le propriétaire peut se défendre contre les activités de tiers nuisibles, par exemple le harcèlement d’aéronefs à une altitude de 108 m, mais pas de 600 m…

Argumentation : Compte tenu de la jurisprudence susmentionnée, il existe une certitude allant jusqu’à 40 m, une probabilité pouvant atteindre 108 m et une forte incertitude sur une hauteur comprise entre 108 et 600 m. Dans notre cas, le drone survole la propriété du thérapeute à une hauteur de 60 m (200 pieds). Il serait probablement encore en sa possession. et que l’activité lui est préjudiciable et qu’il a un intérêt à exercer ses droits de propriété contre l’utilisateur du drone.

______________________________

JE VAIS INTENTER UNE ACTION CRIMINELLE ! MAIS POUR QUELLE RAISON CI-DESSOUS ?

D’un point de vue criminel, on peut imaginer intenter une action en justice pour blessure au site résidentiel. Mais ce crime (crédits de l’article 186) est susceptible d’être difficile à appliquer. En fait, ce sont certainement des jardins et des espaces extérieurs, mais ils doivent être fermés par une clôture. L’or est difficile à fermer le ciel. En outre, l’objectif est d’empêcher une personne physique d’y entrer sans droits. Il est douteux de savoir si un aéronef peut détenir son propriétaire coupable d’une infraction à la maison, mais plaidez-vous ! De l’autre côté Côté, le crime de mettre en péril la vie d’autrui semble également difficile à appliquer. Pour que le crime soit constitué, l’auteur doit agir sans scrupules et créer une menace de mort de la vie d’autrui (art. 129 crédits). Ce serait le cas, par exemple, si le survol est si faible et rapide qu’il mettrait en danger les habitants de la mort. Le cas de légitime défense en rapport avec une violation de la maison est tout à fait possible en vertu de l’article 15 du Code pénal, ce qui permet de conjurer une menace imminente, par exemple contre sa propre maison ou lorsque l’acte menace le droit de rester là où vous vous trouvez (violation de la liberté personnelle). Dans ce cas, le drone pourrait être détruit pour se protéger. Enfin, le thérapeute pourrait encore tenter d’intenter une action en justice pour violation de la loi sur la protection des données (art. 34 et 35 LDP) s’il filmait sans droits va…

CONCLUSION

Si le tir d’un drone est interdit dans votre pays, vous pouvez envisager ceci :

ARTICLES LIÉS